Trail des Balcons d’Azur 80Km

7 Juil

L’Ultra Trail des Balcons d’Azur est une course magnifique. Bien organisée, elle permet de traversée les plus beaux points de vue à travers le massif de l’Estérel.

En gros, vous courez dans les montagnes de l’ouest américain avec la Méditerranée à vos pieds !!

La course est à une heure de chez moi et propose 4 distances (25km, 47km, 80km et le défi 25km + 80km). Malgré le fait que je connaisse les parcours par cœur à force de faire des reconnaissances sur site, mes tentatives sur le 25km et le 47km ont toujours étaient douloureuses.

En mode reco sur les traces du Trail des Balcons d’Azur 80km

Courses dures, rapides, techniques elles ne pardonnent aucune erreur. Pour y être bien il faut pouvoir encaisser des successions de montées sèches et des descentes hyper rapides en terrain rocailleux. Ce terrain ne m’est pas favorable. J’ai une préférence pour des ascensions longues (600 à 1400m D+) qui se montent au train sur lesquelles je peux installer un rythme de croisière.

Cette année à la recherche d’un Ultra de préparation, pas trop éloigné de chez moi, j’ai choisi le format 80km. Cette course doit être un test grandeur nature pour préparer certains protocoles et automatismes pour l’Ultra Race d’Annecy.

Bref résumé

Je suis arrivé 20 minutes avant le départ et je suis directement tombé sur mes amis Brice et Christine. Comme à leur habitude, ils sont en fond de SAS de départ. On discute, on échange, je ne vois pas les minutes défiler. Je réalise quelques instants avant le départ que je ne suis absolument pas placé. Je remonte le SAS comme je peux vers l’avant du peloton. Le départ est donné, j’en suis encore loin.

J’entame alors un sprint sur 1,5km pour remonter le maximum de coureurs dans les rues de Mandelieu avant le 1er single. Une fois placé je calme le jeu et je redescend sur mon rythme de croisière.

Rapidement, nous sommes peu nombreux. Je remonte sur la 1ere féminine (très forte en descente mais marque le pas en montée). Je la double au bout d’une dizaine de minutes.

Les 30 premiers kilomètres se passent sans encombre. La 1ere féminine revient fort et me redouble. On cours sur le même rythme sur 15km. La suivre en descente me demande un réel effort de concentration et un effort physique dont je ne me rend pas compte.

Au 40ème km, un bénévole m’annonce 22 ème. Etonnement total !!

A partir du km 55 et jusqu’au ravitaillement du Théoule km 65, j’ai un passage à vide. Mon rythme faibli, c’est dur. A Théoule j’ai prévu un protocole nutritionnel que je teste. Eureka, ça fonctionne, 20 minutes après le ravito, je peux à nouveau courir à bon rythme.

Jusqu’à la fin, je reprends quelques places et je défends la mienne. Je termine 20ème en 10h32 😉

J’ai passé 75% du temps sous MAF et 25% à MAF +10

Ce qui n’a pas fonctionné

Il ne faut pas suivre le rythme d’un(e) autre concurrent(e). Vouloir suivre la 1ere féminine bien plus forte que moi surtout en descente a été une belle erreur. Toujours suivre son rythme à soit et uniquement le sien.

Ce qui a bien fonctionné

J’ai pris le départ à jeun (depuis 20h la veille). Mais pour une fois, j’ai siroté 500ml d’une boisson d’attente dans l’heure précédent le départ. La boisson est composée d’une 1/2 dose de protéine et d’une 1/2 dose de glucides composés et de l’eau claire. Je n’ai eu aucune gêne gastrique. J’ai tenu 1h30 avant de m’alimenter en course. Le sprint du départ n’ayant pas eu d’incidence.

Le protocole nutritionnel a bien fonctionné:

  • J’ai commencé par 2 cakes au riz (fait maison), un par heure à partir d’1h30 de course
  • Après je suis passé à une barre Baouw par heure de course (Je pioche au hasard dans les poches sans regarder les gouts).
  • Passé 6h de course, une 1/2 barre Baouw ou Meltonic par demi heure de course.
  • A partir du dernier ravito (Km 65 / 80), tout au liquide (Maurten 320).

Je pris un gel Meltonic au bas de chaque ascension de plus de 30 à 40 minutes d’effort.

L’ensemble de l’équipement est identique depuis de nombreux ultra, ajusté, allégé, optimisé. Pas de batons sur cette course.

Les heures de reconnaisse ont aussi fortement contribué au résultat surtout lors du passage à vide. La connaissance du terrain améliore considérablement la gestion de course.

3
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
alainsuzanneEmmanuel PIGOUTStéphane Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Stéphane
Invité
Stéphane

Coucou, Alain. Super pour cette course vraiment bravo.

Emmanuel PIGOUT
Invité
Emmanuel PIGOUT

Alain, Bravo avec du retard et merci pour le récit de ta course. Tu ne parles pas de ton hydratation ….dans ce qui a bien fonctionné. Juste de l’eau pure ? Rajoutes tu des electorlytes ? Merci par avance, Manu